j

Austo tolit cetero ea eam, at atqui soleat moderatiu usu, vis ut illud putent corumpi. At wisi euripidi duo, vim vide omnies reformida. Populis inimi noluise mea.

⋆⛦☾∞ MEDECINE des plantes au MASCULIN avec l’EPILOBE (et la PROSTATE) ∞☽⛦⋆

On me reproche souvent de n’en faire que pour les femmes, j’ai donc pris un peu plus le temps d’étudier la médecine des plantes pour les hommes, et comme l’Epilobe nous fait dont de sa gracieuse et belle présence, c’est l’occasion de parler de la prostate… Je sais, ça n’est pas très original, mais j’ai plutôt l’habitude de parler de ce que je connais et ce que je pratique, et comme je suis une femme, la tâche est un peu plus complexe… 🙂

Il existe l’Epilobium parviflorum et l’Epilobe angustifolium, il semblerait que les deux soient médicinales. On utilise plutôt les feuilles et les tiges, mais les fleurs s’utilisent également (et elles sont tellement belles, pourquoi s’en priver ! ).
Concernant les feuilles, elles auraient un goût de thé noir (je ne trouve pas tellement, mais bon…).
.
Les troubles les plus fréquents de la prostate serait :
– la prostatite (inflammation, souvent causée par une bactérie)
– l’hypertrophie bénigne de la prostate ( grossissement de la prostate, très fréquente chez les hommes plus âgés à partir de la cinquantaine, elle toucherait un homme sur deux mais resterait bénigne, mais en cas de symptômes il est important de soigner rapidement)
– le cancer de la prostate
.
Les troubles de la prostate peuvent se manifester par des infections urinaires et difficultés de la miction, des pertes et dysfonctionnements de l’érection et de l’éjaculation. C’est ici que la médecine de l’épilobe nous intéresse, car elle aurait une action inflammatoire puissante, également efficace dans tout problème d’inflammation de la vessie, homme et femme confondus. Elle serait très riche en flavonoïdes et aura donc de belles propriétés antioxydantes, qui vont lutter contre les radicaux libres et certains cancers. Sa richesse en tanins aura également une action anti-inflammatoire et antiseptique, et va aider à retrouver une miction normale (et on peut supposer une érection et une éjaculation normal également, puisque la prostate participerait à la création du sperme).
.
La belle épilobe serait également d’un grand secours en cas de diarrhée et gastroentérite, par la présence des tanins, ainsi qu’en cas de règles trop abondantes.
.
SOUS QUELLE FORME ?
.
– On l’utilisera principalement en infusion de feuilles (et fleurs fraîches), plusieurs fois par jour.
– En teinture-mère : 100 gr des feuilles sèches pour 500 ml d’alcool à 45-50°. Laisser macérer trois semaines.Prendre en moyenne 45 gouttes par jour diluée dans de l’eau, 2 à 3 fois par jour.
– j’ai tendance à penser que quelques gouttes de teinture mère sur la région du périnée ou un soin en cataplasme sur cette même zone pourrait être intéressant également. (je sais, c’est moins pratique que quelques gouttes dans un verre d’eau 🙂 )
– les jeunes feuilles et les jeunes poussent peuvent se consommer fraîches, en salade par exemple. D’ailleurs les feuilles fraîches peuvent s’utiliser pour soulager et cicatriser les petites blessures légères, expérience à l’appui (bien mâcher la feuille avant de l’appliquer sur la peau pour extraire les principes actifs)
.
Voilà messieurs (et mesdames), en espérant que ce partage pourra vous être utile !
.
Le Jardin Alchimique
www.jardinalchimique.com

Post a Comment