j

Austo tolit cetero ea eam, at atqui soleat moderatiu usu, vis ut illud putent corumpi. At wisi euripidi duo, vim vide omnies reformida. Populis inimi noluise mea.

~✧✽ MÉDECINE DU TUSSILAGE ET LA VOIX DU SOLEIL ✽✧~

 

Le Tussilage est l’une des premières fleurs qui s’offre au printemps, symbole de renouveau et de renaissance. Elle incarne pour moi cette belle alchimie, cette œuvre au noire traversée dans le silence, pour s’offrir à la vie, lumineuse, pleine de soleil.

Elle inspire également une énergie de résilience, celle qui nous pousse à aller de l’avant, à manifester et mettre en place le début d’un nouveau projet, après une longue période de gestation.

 

Au Moyen Age elle était baptisée ” filius ante patrem”, qui signifie ” le fils avant le père”, pour illustrer sa caractéristique particulière de fleurir avant l’apparition de ses feuilles (ce qui permet de la reconnaître du pissenlit).

 

Elle est traditionnellement utilisée en herboristerie pour ses fabuleuses propriétés expectorantes et calmantes pulmonaires. Elle favorise l’évacuation du mucus et de l’humidité (ce qui n’est pas très étonnant quand on dégage une lumière si réchauffante 🌼) , tout en calmant les muqueuses inflammées, et elle sera indiquée en cas de laryngites, trachéites, rhumes, bronchites, à la suite d’une grippe, et elle est également très utilisée en cas de toux des fumeurs. D’ailleurs ceux-ci apprécient d’utiliser les feuilles de tussilage pour en faire un tabac à fumer.

Bien que je ne favorise pas cette pratique, elle fut très utilisée en médecine populaire, et elle serait également efficace pour les personnes asthmatiques, en faisant brûler les feuilles sur des braises ou du charbon pour en respirer la fumée.

 

On dit que c’est une plante qui donne une “belle voix”, et il est vrai que je la ressens éclaircir notre parole en amenant de la clarté et de la chaleur dans notre communication. Elle libère les “stagnations”, des non-dits ou des peurs non exprimées, accumulés dans la gorge et les poumons, et libère l’énergie solaire du plexus pour rayonner à travers le chakras de la gorge, et manifester notre incarnation par le verbe. Elle nous permet de nous relier vers l’extérieur, de créer des liens, de communiquer, et comme dit plus haut, de mettre en action nos projets qui étaient restés en hibernation, pour oser aller à la rencontre de l’autre en communiquant notre vérité.

Elle pourrait être une belle association avec la rose, qui nous permet de communiquer, de nous exprimer à partir de notre coeur.

 

Par son action adoucissante des muqueuses, elle pourra être intéressante également en cas d’ulcère gastrique et amener de la douceur lorsqu’il y a des nœuds émotionnels qui se cristallise dans le système digestif.

 

Dans tous les cas, il est recommandé de ne l’utiliser qu’à très court terme (maximum 10-15 jours), étant donné la présence d’alcaloïdes pyrrolizidiniques, qui ont une toxicité sur le foie (comme la consoude, mais selon les études en moindre quantité, bien que cela soit très difficile d’évaluer la quantité des principes actifs d’une plante suivant le sol ou elle pousse, la période de cueillette, la partie de la plante, etc.).

 

J’ai personnellement été assez frileuse dans mes premières années d’herboriste à utiliser le tussilage pour cette raison, ayant un foie très sensible, mais ce que j’apprécie avec les plantes, c’est leur capacité de nous enseigner leur message si l’on apprend à les écouter… Le tussilage à une floraison assez courte, ce n’est pas une plante que l’on va rencontrer durant toute la saison du printemps, et elle nous enseigne donc à ne l’utiliser qu’en petite quantité.

Eventuellement, par précaution, nous pourrons l’associer avec des plantes hépatiques, comme le chardon marie, le romarin, ou le curcuma. J’ai partagé ces derniers jours quelques articles sur les plantes du foie, vous pouvez les retrouver sur notre page.

 

Pour l’instant j’ai récolté de magnifique fleur de tussilage pour en faire des infusions durant la période d’hiver, et probablement un sirop hivernal avec d’autres plantes. Un élixir floral pourrait également être intéressant…

 

Néanmoins je vous invite de tout coeur à être attentif à ne récolter que ce dont vous avez besoin, et à laisser un maximum de plantes pour les insectes et pollinisateurs qui en ont grandement besoin…

 

En vous souhaitant de belles cueillettes, en conscience, et une belle rencontre avec la médecine du tussilage,

 

Le Jardin Alchimique

Article écrit par Jess, rédactrice pour le Jardin Alchimique