j

Austo tolit cetero ea eam, at atqui soleat moderatiu usu, vis ut illud putent corumpi. At wisi euripidi duo, vim vide omnies reformida. Populis inimi noluise mea.

đŸŒłâ˜œâ›Š MĂ©decine des arbres et Alchimie vĂ©gĂ©tale autour du Principe Sel â›Šâ˜ŸđŸŒł

Au dĂ©but du printemps, nous avons eu la rĂ©colte des jeunes feuilles des arbres, comme le bouleau, le tilleul, le noisetier, le frĂȘne, …
Pour ma part, je me suis concentrĂ©e surtout sur le noisetier et le bouleau. En gĂ©nĂ©ral, on coupe quelques branches, avec parcimonie Ă  diffĂ©rents endroits pur ne pas Ă©puiser les ressources de l’arbre, puis on met les branches Ă  sĂ©cher, en gĂ©nĂ©ral suspendues, dans une piĂšce bien aĂ©rĂ©e, Ă  l’abri de la lumiĂšre. Pourquoi couper les branches et ne pas rĂ©colter feuilles par feuilles ? Outre que cela prendrait un temps considĂ©rable, l’arbre va produire de plus en plus de tanins, ce qui pourra laisser un goĂ»t relativement amer Ă  nos tisanes, et dont les propriĂ©tĂ©s astringentes des tanins prendront Ă©ventuellement le dessus sur les autres, comme les vertus circulatoires du noisetier, par exemple.
Une fois les feuilles sĂšches, on va donc passer Ă  l’Ă©mondage. Cela consiste tout simplement Ă  enlever les feuilles des branches. Nous allons dont garder nos feuilles sĂšches pour les tisanes ou autres prĂ©parations, mais que faire des branches ?
Il existe beaucoup de possibilitĂ©s, le noisetier par exemple est souvent utilisĂ© en vannerie, mais j’ai eu envie de profiter ici de cette abondance de bois pour approfondir un procĂ©dĂ© d’alchimie vĂ©gĂ©tale, axĂ© sur le principe « Sel ». Petit rappel, en alchimie vĂ©gĂ©tale, nous allons sĂ©parer trois principes d’une plante (Sel, Soufre, Mercure) par diffĂ©rents procĂ©dĂ©s afin de les purifier, puis nous allons les rĂ©unir pour obtenir une quintessence aux vertus dĂ©multipliĂ©es. Il ne s’agit pas juste d’une histoire de recettes, mais aussi d’un travail intĂ©rieur profond et d’un Ă©tat d’esprit par rapport Ă  notre vĂ©gĂ©tal.
.
Ici, je me suis donc intĂ©ressĂ©e exclusivement au principe Sel, pour plusieurs raisons. D’abord, cela fait un moment que je me penche un peu plus sur la mĂ©decine des arbres et expĂ©rimente diffĂ©rentes maniĂšres de travailler avec, entre autre pour travailler cette notion d’ancrage et d’enracinement, et j’avais donc tout ce bois de deux arbres que j’affectionne sous la main. Puis je m’intĂ©resse Ă©galement beaucoup Ă  la meilleure façon de profiter des (sels) minĂ©raux des plantes, et ceux-ci sont prĂ©sents dans le bouleau et le noisetier (je ne sais pas exactement lesquels, mais on trouve facilement des infos sur le sujet). C’est Ă©galement une façon pour moi de travailler l’ancrage et l’enracinement, puisque notre squelette est lui aussi composĂ© en grande partie de minĂ©raux. Enfin, je souhaitai amĂ©liorer mon sel de rosĂ©e, que j’ai travaillĂ© aux premiĂšres pleine lune de printemps. Bien qu’il ait profitĂ© de l’Ă©nergie de belles pleines lunes depuis mars, je m’intĂ©resse Ă  amĂ©liorer ses bienfaits en y incorporant des sels minĂ©raux de plantes, puisque le sel est Ă©galement un « fixateur » d’information. J’ai donc pensĂ© qu’il pourrait « fixer » l’information d’une part des minĂ©raux, ainsi que de la « vibration » thĂ©rapeutique de ces deux arbres avec lesquels j’aime travailler. C’est donc un procĂ©dĂ© Ă  la fois axĂ© sur le « principe » sel, disons plus « vibratoire », tout autant que sur les propriĂ©tĂ©s des sels minĂ©raux en eux-mĂȘmes.
.
Pour obtenir ces sels minĂ©raux de noisetier et de bouleau, il m’a fallut passer par l’Ă©tape de la calcination, qui a durĂ©e plusieurs heures. C’est toujours un merveilleux processus intense, qui me permet Ă  chaque fois de travailler plus en profondeur ma relation avec le feu… et la mort !
En effet, au dĂ©but de la calcination, voir sa plante « cramer » n’a, pour moi en tout cas, rien de trĂšs confortable… Puis vient le moment ou le noir devient rouge, oĂč la force de Mars semble devenir trĂšs active, puis l’Ă©nergie redescend et ensuite nous obtenons de la cendre d’abord grise, puis de plus en plus blanche (pour qu’elle devienne blanche, il faut en gĂ©nĂ©ral une tempĂ©rature trĂšs Ă©levĂ©e, ça n’est pas toujours simple).
Ensuite nous passons Ă  la lavation, la purification par l’eau. Nous allons prendre nos cendres grises claires/blanches et ajouter doucement de l’eau tiĂšde. Je laisse reposer environ une heure, pour que les cristaux de sel puissent se dissoudre dans l’eau. Ensuite nous allons filtrer, et rĂ©cupĂ©rer cette eau filtrĂ©e pour la faire s ‘Ă©vaporer trĂšs doucement dans une casserole Ă  feu trĂšs doux (j’utilise une taque Ă©lectrique au minimum). C’est encore un processus qui va prendre plusieurs heures. A la fin de cette Ă©tape, nous verrons apparaĂźtre de petit cristaux dans le fond de la casserole, et c’est ce que nous allons rĂ©cupĂ©rer.
Ces cristaux sont les sels minĂ©raux que j’ai choisi d’incorporer Ă  mon sel que j’ai purifiĂ© au printemps. Bien que la quantitĂ© soit trĂšs minime, ils sont un concentrĂ©s de vie et de principes actifs, Ă  utiliser parcimonieusement. C’est la raison pour laquelle je les ai intĂ©grĂ© dans une quantitĂ© de sel importante, que j’utilise ensuite dans ma cuisine ou pour d’autres prĂ©parations.
Et j’en ressens cette fois ci de rĂ©els bienfaits sur ma santĂ©. J’y ai Ă©galement ajoutĂ© des sels minĂ©raux d’ortie, obtenue par le mĂȘme procĂ©dĂ©, Ă  la diffĂ©rence que je les ai calcinĂ©e directement fraĂźches. Je trouve cette mĂ©thode plus intĂ©ressante que l’hydrolat d’Ortie, Ă©tant donnĂ© que les minĂ©raux ne sont pas extraits par hydrodistillation 
.
Bien que j’aime beaucoup la distillation, et toute la poĂ©sie du ciel, travailler avec le sel, le corps, la matiĂšre, la purifier, et l’intĂ©grer dans mon alimentation, qui est aussi pour moi une mĂ©decine d’ancrage, me semble tout aussi intĂ©ressant.
.
Voilà donc, pour cette petite expérience !
.
↠ Je ne sais pas si cette expĂ©rience Ă  un rĂ©el sens « alchimique », et je vous partage ceci en toute humilitĂ© car j’aime chercher, expĂ©rimenter, apprendre. Mais peut-ĂȘtre que je raconte n’importe quoi … !

Cela dit, il m’a semblĂ© que cela pouvait ĂȘtre un procĂ©dĂ© intĂ©ressant Ă  partager, surtout pour les personnes qui travaillent avec la mĂ©decine des arbres et leurs feuilles, par exemple en tisanerie. RĂ©cupĂ©rer les branches, passer par cette Ă©tape de purification (Ă  la fois au niveau de la plante, ainsi qu’Ă  un niveau personnel intĂ©rieur) et profiter des sels minĂ©raux (vraiment utile Ă  notre Ă©poque vu la pauvretĂ© de notre alimentation) me semble intĂ©ressante. AprĂšs chacun en fait ce qu’il veut… Je n’essaie pas de vous « sĂ©duire » avec des grand mots sur l’alchimie, et si je fais un effort Ă  vous partager Ă©galement des belles images, c’est parce que je pense que la beautĂ© est Ă©galement une mĂ©decine, et je trouve aussi que cela rend le partage plus agrĂ©able. Je ne suis pas lĂ  pour vous manipuler pour faire mon marketing, au contraire, j’essaie plutĂŽt de vous partager des infos qui peuvent vous rendre autonome…

Post a Comment