j

Austo tolit cetero ea eam, at atqui soleat moderatiu usu, vis ut illud putent corumpi. At wisi euripidi duo, vim vide omnies reformida. Populis inimi noluise mea.

Image Alt

La voie qui danse

« Art is a privileged vehicle for the expansion of consciousness. This is explored primarily within the context of the DanzaDuende International Network: Dancing Our Lives, founded by Yumma Mudra Chorésophe. This living laboratory of dance, art and the multiple dimensions of life works as a real alchemic experience for the transformation of suffering, allowing our true nature to subtly reveal itself. As we plunge within the intricate depths of our being through movement and art, the awareness of the interdependence of all phenomena becomes clear, as a real offering. A synergetic celebration in which the invisible is just as important as the visible… ».

Mónica Roncón, certified teacher of Danza Duende International Network

La danse est au coeur de ma vie depuis mon enfance. Bien que je n’ai jamais souhaité suivre la voie d’une danseuse professionnelle, je m’y consacre avec beaucoup de passion et de détermination, et ce malgré les difficultés rencontrées lorsque l’on décide de se libérer des apparences pour tenter d’entrer au coeur d’une danse plus authentique, et danser sa vie.

J’ai exploré différentes formes, comme le butôh, la danse contact, la danse contemporaine, la danse aérienne (tissus aérien à l’école de cirque), la danse khmère (style classique du cambodge), le Bharata Natyam (danse classique indienne), et je me retrouve à présent beaucoup dans le flamenco, qui me permet d’exprimer ce feu intense qui brûle à l’intérieur depuis trop longtemps !

Mais j’ai surtout eu la chance sur mon chemin de rencontrer deux enseignants remarquables, Mudra Chorésophe, auteur de « La voie qui danse », et Raji Chorésophe.

Ces deux enseignants ont réunis leurs voies respectives, la Danza Duende et la Chorésophie en une seule école, et depuis 2013 je me consacre à cette enseignement qui pour moi offre une qualité d’enrichissement et d’épanouissement incomparable. La liberté, la rigueur, et la vertu sont les piliers de cette école qui propose la possibilité, à travers l’acte artistique, de transformer sa vie en une offrande de chaque instant. On y développe le courage de toucher sa propre fragilité en cultivant la bonté et la compassion, et le travail en synergie au sein de la société. Michel Raji apporta à l’école Danza Duende la « Chorésophie » et le travail alchimique du souffle, à travers une étude précise du corps, de la pulsation et du rythme.Sur ce chemin, on y rencontre ses propres peurs, sa propre souffrance, mais aussi le ravissement d’être en danse et de découvrir la richesse des êtres autour de nous qui vivent,
eux aussi, leurs joies et leurs peines.

Je suis toujours en chemin, et progressivement, la voie du souffle amenée par Michel Rajiainsi que le travail précis sur les émotions à travers l’acte artistique de Yumma Mudra, m’ont permis de prendre de plus en plus conscience de mes sensations corporelles, et du lien entre ma santé psychique et physique. Ni Danza Duende ni la Chorésophie ne sont une thérapie, mais il est évident que ce travail du souffle et de la danse contribue grandement à améliorer la santé de chacun.

Je souhaite du mieux que je peux pouvoir apporter une nouvelle dimension où sagesse des plantes médicinales et sagesse du corps humain dans sa dimension poétique, combinées ensemble, puissent apporter de nombreux bienfaits.

De mon humble expérience sur ce chemin, j’en suis arrivée à la conclusion qu’un alchimiste doit forcément être un artiste et/ou possiblement engagé dans une forme de spiritualité, ce qui demande en général un travail sur soi assez profond.

Travailler avec le monde végétale et comprendre la médecine des plantes demandent un engagement total, et nous devons être prêt à mourir et renaître constamment. C’est une voie qui me semble intense, et qui fait de nous les artistes de notre propre vie, et la danse est ma plus grande alliée pour à la fois traverser toutes les transformations intérieures nécessaire à la compréhension du monde végétale, mais aussi pour aiguiser mes sens et affiner mes perceptions sensorielles me permettant ainsi d’entrer en relation intime avec la nature.

 

Il y a dans mon corps toute la poésie du monde que je n’ai jamais écrite

 

Jacques Lecoq

Jardin Alchimique