Protocole à base de plantes post-opératoire

Je me suis faite opérer des dents de sagesse, à savoir les 4 en même temps, non pas sous anesthésie, mais sous sédation. Je crois que je n’ai jamais été aussi détendue de ma vie, à un tel point que j’en redemandais…

Cela dit, après l’opération, il a bien fallu revenir doucement à un état relativement normal, avec cette douleur lancinante qui s’est installée progressivement…

Je vous partage ici mon protocole avec les plantes, car je pense que cela pourrait être éventuellement utile et vous donner des pistes pour d’autres opérations.

Bien évidemment, consulter toujours un médecin et un thérapeute professionnelle formé à l’accompagnement et aux interactions médicamenteuses. Il ne s’agit pas ici de remplacer le protocole d’un médecin ni de jouer aux apprentis.

J’ai pu me permettre d’utiliser ces plantes à des dosages élevés et de remplacer certains médicaments par des plantes car je me connais depuis longtemps à travers l’usage des médecines naturelles, je connais les plantes que j’utilise depuis des années, et je suis formée professionnellement dans plusieurs écoles depuis 2008, donc je me suis sentie largement en confiance pour prendre quelques risques. Je n’aurai probablement pas tout osé il y a quelques années.

Si vous n’êtes pas à l’aise, faites-vous accompagner et demander l’avis d’un médecin en qui vous avez confiance.

Avant l’opération, j’ai commencé trois jours avant par prendre de la teinture d’achillée millefeuille trois fois par jour, avec un dosage de 6 ml par jour. J’ai également augmenté le dosage de la teinture d’aubépine que je prends quotidiennement car j’ai commencé à me sentir quand même anxieuse à l’idée de l’opération, n’ayant jamais reçue type d’anesthésie (qui finalement fut tout à fait agréable…).

Juste après l’opération, granules homéopathiques d’arnica montana obligé… Mais j’avoue j’aurai pu vider le flacon…

J’ai pris les anti-inflammatoires prescris le premier jour, mais le dosage était assez énorme pour moi, je me retrouvais à prendre près de 6 cachets par jour + les antibiotiques, à prendre normalement pendant 7 jours. Donc le deuxième jour je n’ai pris qu’un seul anti-inflammatoire et j’ai compensé les jours suivant avec les plantes sans prises de médicaments anti-inflammatoires ou analgésiques. Il y a eu certes un peu de douleurs, mais plutôt que de résister et vouloir masquer cette douleur, j’ai pris du temps pour me reposer et me détendre, et travailler avec les plantes. Ce qui me dérange avec les anti-inflammatoires, outre le fait que c’est éprouvant pour le corps et le foie de recevoir une telle dose de médicaments, c’est de supprimer l’inflammation alors que c’est un processus naturel de guérison. Et comme toujours, les plantes offrent une opportunité de travailler différemment, non pas en supprimant l’inflammation, mais en la régulant.

J’ai donc commencé rapidement à augmenter les dosages d’achillée millefeuille environ 5 à 7 fois par jour, toujours 2 ml pendant les 4 premiers jours post-opératoires, pour ensuite revenir à 2 à 3 fois par jour pendant encore une dizaine de jour. J’ai eu plus de difficulté à trouver des plantes anti-inflammatoires car ce que j’avais sous la main de plus efficace comme la teinture de reine des prés ou de partenelle (grande camomille) sont aussi des fluidifiants sanguins… Je me suis tournée vers le curcuma en poudre avec une pointe de poivre, que j’intègre dans un mélange de trois cuillères à soupe de poudre d’ortie que je prends chaque matin avec un peu d’eau. En effet ce genre d’opération demande énormément d’énergie pour le corps et donc de minéraux, et j’y ajoute également de l’extrait de peptide de collagène pour faciliter la réparation des tissus car j’ai de base tendance à mal cicatriser.

Dès le deuxième jour, j’ai commencé à gonfler sérieusement, malgré l’application de glace après l’opération. L’achillée n’était pas suffisante pour cet aspect, j’ai donc appliqué de l’huile essentielle pure d’immortelle pendant deux jours, 2 à 3 fois par jour. J’ai été complètement épatée, en moins de 48h l’œdème a complètement disparu. J’utilise très rarement l’huile essentielle d’hélichryse, mais à chaque fois elle m’impressionne et me remplit de gratitude.

Vient ensuite la question des antibiotiques… Cela m’a réellement posé problème car je ne m’y attendais pas, et finalement ça me semblait évident… J’ai hésité à arrêter, continuer, arrêter, continuer, car je sentais combien ça ne me faisait pas du tout du bien, j’avais l’impression de vivre un écocide interne, et j’ai rapidement senti mon humeur chuter… J’ai pris ces antibiotiques durant 4 jours, car il y a quand même un risque conséquent d’une infection sérieuse avec 4 incisions dans la bouche, d’autant qu’une infection au niveau de la gencive peut rapidement descendre dans le cœur si ce n’est pas traité correctement (quand j’ai appris cela j’en ai été choqué…)

Pour contrer l’effet des antibiotiques, j’ai rapidement intégré des prébiotiques (racines de pissenlit et légumes racines) et bien évidement des probiotiques (miso, yaourt, etc). J’ai également pris un complément alimentaire (ERGYPHILUS) à base de différente souche des laboratoires nutergia. Je ne fais pas de pub pour eux, mais c’est l’un des rares produits de qualité lorsqu’il y a une prise d’antibiotiques, et les probiotiques alimentaires sont rarement suffisants dans ce genre de cas, et il faut agir rapidement pour éviter qu’une dysbiose s’installe.

Pour continuer avec un traitement antibiotique naturel, je prends 1 goute d’huile essentielle d’origan (elle est très puissante, mais caustique et très irritante, donc une goutte c’est une goutte, pas deux ni trois) que je mélange dans deux cuillères de miel (antibiotique également), j’y ajoute 2 ml de propolis, puis un peu d’infusion de thym, achillée, calendula, et camomille.

J’ai pris ce mélange 3 à 4 fois par jour en même temps que les antibiotiques. Pourquoi ? Parce que l’huile essentielle d’origan diminue la résistance aux antibiotiques des bactéries capables de créer des biofilms. Les biofilms sont une formation particulière de plusieurs bactéries qui s’échangent des informations entre elles et qui deviennent plus résistance aux antibiotiques et peuvent même passer inaperçus du système immunitaire. C’est sacrément bien foutu et intelligent, et malheureusement avec nos modes de vie, de plus en plus de personnes sont sujets à des biofilms dans l’organisme, donnant lieu à toutes sortes d’inflammations chroniques. Les cystites à répétition, ou la formation de plaque dentaire en sont un exemple. Et comme il s’agit justement de mes dents, je n’ai pas hésité une seule seconde. Je continue actuellement toujours ce traitement, mais après une semaine, je vais arrêter l’huile essentielle d’origan qui peut devenir toxique si prise à long terme, et ne prendre que le miel et la propolis dans des infusions de thym et autres plantes antibactériennes.

J’ai également commencé à rajouter de l’ail cru dans mon alimentation. Bien que ce soit un antibiotique puissant qui est mieux supporté sur le long terme, je ne l’ai pas fait avant car c’est un fluidifiant sanguin, et il est à éviter avant, pendant et après une opération. Et puis quand on a 4 incisions dans la bouche, c’est pour faire des bons de 10 mètres…

Pour ce qui est des bains de bouche, à partir du deuxième jour j’ai commencé à utiliser de l’hydrolat de thym, il ne m’en faut pas plus.

Je bois également régulièrement des infusions de ces plantes, en gardant longtemps le liquide en bouche pour bien imprégner toutes les zones opérer :

– calendula, pour apaiser les tissus inflammés et faciliter la cicatrisation

– camomille matricaire, pour les mêmes raisons

– achillée millefeuille, pour les mêmes raisons + son action hémostatique (arrête les saignements)

– thym pour son effet antibactérien

J’ai également la chance de pouvoir m’accorder du repos, je sens que cela a été un choc pour mon corps, et aussi un stress émotionnel. Pour le côté émotionnel, j’ai beaucoup travaillé avec l’aubépine, et je me suis confectionnée une petite huile de massage à base de rose et de jasmin, deux plantes que j’affectionne énormément, que j’ai appliqué sur la région du cœur pendant plusieurs jours.

Aujourd’hui je me sens bien, cela doit encore cicatriser, je ne peux pas encore manger de nourriture trop solide, et je serre encore un peu les dents quand je parle à cause des fils, mais je suis totalement confiance dans le processus de guérison avec le soutien des plantes. J’ai également eu un début d’infection de la gencive, mais avec tous les soins apportés c’est rapidement parti. Je suis tellement heureuse d’avoir les connaissances suffisante pour pouvoir agir rapidement et en toute confiance, et même si les médecins ont été très bienveillants, je regrette quand même que l’on donne si facilement des médicaments ayant autant de conséquence à long terme sur la santé et que les plantes soient encore si souvent diabolisées alors qu’elles sont tellement précieuse !

En espérant que ces quelques informations puissent vous donner des pistes de soin avec les plantes.

Avec amour,

Jess

www.jardinalchimique.com

Post a Comment