j

Austo tolit cetero ea eam, at atqui soleat moderatiu usu, vis ut illud putent corumpi. At wisi euripidi duo, vim vide omnies reformida. Populis inimi noluise mea.

  • Votre panier est vide.

QUAND L’ORTIE NE FONCTIONNE PAS

Nous parlons régulièrement des merveilleuses propriétés médicinales de nos belles amies les plantes, mais nous parlons moins souvent des différentes problématiques que l’on peut rencontrer. Connaître les propriétés d’une plante est une chose (importante, certes), mais savoir comment l’utiliser pour profiter de sa médecine n’est pas toujours si ” Simples ” …
 
Il y a la question du dosage, de la fréquence, du mode d’administration… Et tout simplement une plante qui ne donne pas les effets souhaités !
Le cas de l’ortie est assez fréquent, et j’ai envie de lui faire honneur aujourd’hui, car c’est une plante que l’on retrouve très facilement, disponible pratiquement toute l’année, et qui vous permettra de comprendre comment aller un peu plus loin dans votre pratique d’herboriste.
 
Elle est très connue pour ses qualités “nutritives”, sa teneur en fer, en minéraux, oligo-éléments, sa précieuse silice, etc. qui vont donc “nourrir” le sang, et par extension fortifier le système nerveux, mais aussi rétablir l’équilibre acido-basique et calmer diverses inflammations chroniques.
 
Mais notre belle amie est aussi une grande diurétique, cela se fait d’ailleurs sentir lorsque l’on boit son infusion, laissant une légère sensation de sécheresse en bouche. Cette propriété est souvent recherchée pour favoriser l’élimination des toxines. Et bien souvent, elle devient trop diurétique, ce qui nous fait aller régulièrement aux toilettes plusieurs fois sur la journée, jusqu’à parfois provoquer un certain épuisement. Je rencontre beaucoup de personnes qui expriment être découragées de vouloir se soigner avec des plantes médicinales car elles ne provoquent que l’envie d’aller aux toilettes sans cesse, sans constater d’amélioration.
 
Premièrement, il faut différencier la façon dont on va consommer l’ortie, suivant l’effet recherché :
🌿 Pour sa qualité NUTRITIVE, plutôt en lien avec la rate qui régit le sang. Nous chercherons le côté “matière” de l’Ortie, et donc à la consommer plutôt comme un aliment. Ainsi, elle sera plus intéressante en jus, en pesto, en soupe, ou tout autres recettes culinaires. Pour une soupe pleine de vitalité, j’ajoute plutôt mes orties en toute fin de cuisson pendant 2,3 minutes à peine, pour éviter de trop la cuire et détruire ses principes actifs. C’est vraiment sous cette forme que ses nutriments vont être mieux assimilés par l’organisme, puis transportés par le sang, qui à son tour ira nourrir les différents organes. On travaillera aussi de cette façon lorsqu’il a des règles trop abondantes ou hémorragiques.
 
🍃 Pour sa qualité MEDICINALE, plutôt en lien avec les reins, la vessie, mais aussi son côté antihistaminique (en cas d’allergie): nous la prendrons plutôt ici en infusion, en vinaigre (qui a une grande affinité avec les minéraux), ou en teinture hydro-alcoolique.
C’est souvent ici avec l’infusion que nous allons rencontrer ce problème diurétique trop important, qui pourra potentiellement nous épuiser. Ceci est souvent dû à la fonction “filtre” du rein qui est devenue insuffisante, et cela peut se traduit par des urines très claires, voir blanches comme de l’eau, alors que nous en sommes à notre 4ème tasse d’infusion et que l’on aimerait voir notre corps commencer à éliminer des toxines (et donc apparaître des urines plus foncées ! ). Pour travailler sur ce déséquilibre, il existe plusieurs solutions :
 
↠ nous pourrons travailler avec des plantes riches en mucilages, comme la mauve, qui ont justement la capacité de retenir l’eau, et donc de freiner l’effet diurétique, pour que le corps puisse avoir le temps de mieux assimiler les nutriments. Les mucilages sont plutôt extraits dans l’eau froide, on pourra donc faire infuser un mélange d’ortie et de mauve dans de l’eau froide pendant au moins 1 heure, puis chauffer très doucement l’infusion pour ne pas abîmer les principes actifs.
On veillera cependant à prendre les plantes riches en mucilages assez loin des repas, et espacer la prise de minimum 4 heures lorsqu’il y a prise de médicaments (puisque les mucilages en freinent l’absorption).
 
↠ Nous pourrons remplacer les infusions par des extraits dans de l’alcool ou du vinaigre. Les extraits liquides en général ne provoquent pas cet excès d’effet diurétique puisque la quantité d’eau absorbée est beaucoup moins importante, tout en permettant d’assimiler une quantité concentrée de principes actifs. Les dosages sont à prendre au cas par cas en fonction de la sensibilité des personnes. De manière général, en traitement de fond, on pourra prendre 5 à 10 ml par jour de vinaigre, et 3 à 5 ml par jour de teinture.
 
↠ Nous pourrons également travailler plutôt avec les GRAINES d’ortie, qui ont une action particulière sur la fonction rénale, beaucoup plus que les feuilles. Elles vont vraiment venir tonifier les reins pour une meilleure filtration des déchets de l’organisme. A noter cependant que les graines vont être prise comme un aliment, et seront donc digérées, et auront donc également une action très nutritive (un peu comme les graines de chanvre), et donc une action au niveau de la rate et du sang également.
 
🔥 Enfin, l’ortie est assez refroidissante, ce qui peut ne pas convenir à certaines personnes, surtout celles qui sont assez frileuses, ayant toujours les mains et les pieds froids.
Dans ce cas, nous pourrons l’associer avec une plante réchauffante comme la cannelle, qui va grandement soutenir la rate, ou encore le gingembre, qui va soutenir également la rate mais aussi réchauffer les reins, qui sont des organes très sensibles au froid et à l’humidité.
 
Je ne parle pas ici des racines, qui feront l’objet d’un autre post, mais on peut également les utiliser en décoction ou en extrait liquide, pour une action au niveau des reins, de la vessie, mais aussi de la prostate 🌿
 
En espérant que ces quelques compléments d’informations puissent vous inspirer dans votre pratique,
 
Jess pour le Jardin Alchimique
www.jardinalchimique.com